Pier Paolo Pasolini a tenté une grande partie de sa vie de concilier les inconciliables : communisme et catholicisme, préoccupations sociales et sacré. Devant cet échec, sa poésie s’est faite plus violente, plus désespérée aussi.