19 €
192 pages
135 x 170 mm
2-84597-141-9
Poèmes
Rilke, poète si naturellement fécond, traumatisé par la Première Guerre mondiale, cessa d’écrire pendant dix ans, et la paix revenue, abandonna sa langue natale, l’allemand, pour ne plus écrire qu’en français. La mort est au centre de son œuvre. Perçue comme une rupture, elle devient petit à petit couronnement de la vie.

Né à Prague en 1875, mort au sanatorium de Valmont en 1926, Rainer Maria Rilke est un poète à part. Peu de poètes ont eu droit, comme lui, à une reconnaissance universelle de leur vivant. Également apprécié pour ses récits en prose, ses réflexions sur l’art et sa correspondance, une grande partie de son œuvre a pour ambition de surmonter l’angoisse de la mort, qui est rupture, afin que la présence de l’homme sur la terre ait un sens. Rilke crée alors la possibilité de l’Ouvert, qui permet de percevoir le monde dans sa totalité, la vie et la mort inséparables, afin que la mort n’entraîne plus angoisse et désespoir, mais soit, au contraire, couronnement de la vie.