Septembre 2017
15,90 €
160 pages
11 x 19
Finkielkraut, la pensée défaite
L’analyse d’une pensée fondée sur le rejet de l’Autre.

Voici une lecture sans concession de l'un des intellectuels les plus médiatisés et les plus polémiques de France. Ses sorties fracassantes sur les menaces que ferait peser l'existence d'une minorité musulmane en France sur l'identité du pays lui valent la sympathie des droites les plus extrêmes. Tout comme ses alertes sur le devenir des quartiers populaires, la déliquescence culturelle ou la dégradation de l'école républicaine qui sont aussi fort médiatisées.
Les dérapages d’Alain Finkielkraut s’inscrivent-ils dans le droit fil de sa pensée?
Ou bien faut-il distinguer un Alain Finkielkraut philosophe, critique subtil de la modernité d’un Alain Finkielkraut médiatique emporté par ses démons ? Frédéric Debomy s'est livré à une lecture rigoureuse des écrits d'Alain Finkielkraut, interrogeant la légitimité d'une production intellectuelle dominée par les affects de son auteur.
Dé-faire la pensée de l’auteur de La Défaite de la pensée fait apparaitre son travail intellectuel comme « un bricolage » en faveur de la réhabilitation d’une philosophie conservatrice fondée sur le rejet de l’Autre.

Frédéric Debomy est écrivain et scénariste. Il a notamment publié un ouvrage entre essai et bande dessinée, Sur le fil, qui relate son engagement pour la démocratie en Birmanie (avec Benoît Guillaume et Sylvain Victor, Cambourakis, 2016). Outre ses ouvrages sur la Birmanie et ses bandes dessinées, il a contribué au numéro des Temps Modernes paru à l'occasion des vingt ans du génocide des Tutsi du Rwanda.